VIEUX-LYON

Se promener sur le site historique de Lyon, c'est flâner à travers le temps, depuis sa fondation en 43 avant J.-C. jusqu'à nos jours. La ville a gardé des traces permanentes et continues des périodes qui ont marqué son histoire.

Le développement de l'urbanisme de la ville est étonnant et unique. A l'époque gallo-romaine son centre se situe essentiellement sur la colline de Fourvière. Il s'est naturellement déplacé glissant lentement vers la Saône pour s'étendre ensuite toujours plus à l'Est. La cité médiévale s'installe aux bas des pentes, coincée entre la colline et la rivière. Les quartiers du Vieux-Lyon qui la composent, construits sur une étroite bande de terre, s'accrochent aux pentes. Les rues, les escaliers et les passages dévalent jusqu'à la Saône.

A la Renaissance, période d'apogée de la cité, les trois quartiers qui la composent prennent leurs caractéristiques :

  • Saint-Paul au Nord : quartier de la grande bourgeoisie, centre financier et commercial

  • Saint-Jean entre les deux autres : quartier du haut clergé et de l'aristocratie

  • Saint-Georges au Sud : quartier des artisans.

L'évolution du quartier se prolonge aux XVIIème et XVIIIème siècles, le rayonnement de Lyon se transforme et la ville prend un nouvel essor. La cité se développe alors de l'autre côté de la Saône. Après des années d'abandon et de désintérêt, après avoir échappé à des démolitions inconsidérées et des projets de voie express, grâce à la loi Malraux, le Vieux Lyon devint en 1964, le premier secteur sauvegardé de France. Les vieilles pierres et les maisons anciennes restaurées ont repris vie.