Fête des Lumières

La tradition

La tradition du 8 décembre date de 1852.  Cette année-là,  le vieux clocher de la chapelle de Fourvière est restauré. L'inauguration est prévue pour le 8 septembre, mais le Sculpteur Fabish n'ayant pas achevé la statue de la Vierge surmontant le clocher, celle-ci est reportée au 8 décembre, fête de l'Immaculée Conception.

A cause de la pluie, l'Archevêque de Lyon fait annuler les illuminations prévues.  Mais à la tombée de la nuit  le ciel s'éclaircit et en dépit du mauvais temps, les lyonnais mettent, spontanément, des petits lumignons colorés à leurs fenêtres.

Des feux de bengale éclairent la Vierge de Notre Dame de Fourvière. Les Lyonnais descendent dans la rue. La fête du 8 décembre est née ! Chaque année, depuis cette date, les habitants rendent hommage à la Vierge Marie en posant des lumignons multicolores sur le rebords des fenêtres.

Cette dévotion à la Vierge s'explique aussi par un autre évènement.  En 1653  Lyon, par la voix des Echevins, s'est placée sous protectorat de la Vierge afin de se préserver de l'Epidémie de lèpre  qui  arrivait aux portes de la Ville. Au fil des années, le 8 décembre est devenu une fête populaire.

http://www.fetedeslumieres.lyon.fr

 

Le plan lumière

Issu d'une tradition du 8 décembre, célébrée par les Lyonnais depuis plus d'un siècle et demie, le premier Plan Lumière de la Ville de Lyon, oeuvre pionnière à la fois politique, artistique et technique, a été initié en 1989.

En 1999, dans le but de valoriser la fête du 8 décembre et d'étoffer l'action entreprise dans le cadre de son plan lumière, la ville de Lyon décide de donner plus d'ampleur à cette manifestation qui désormais s'intitule "Lyon 8 décembre – Fête des Lumières".  Tradition et évolutions technologiques de la lumière s'associent alors pour offrir aux Lyonnais et aux quelques 3 millions de visiteurs un spectacle unique en Europe.

C'est un programme de mise en lumière des sites les plus prestigieux de la Ville. Orchestré par ses services techniques, il met en valeur les richesses architecturales et patrimoniales de la ville, ainsi que les éléments identitaires de chaque quartier.

Cette fête a acquis une renommée internationale. Les services techniques de la ville et des concepteurs nationaux et internationaux ont donné ces dernières années, dans tous les quartiers de la ville, des spectacles inédits mettant en valeur le patrimoine architectural. Le panorama nocturne de la ville devient magique.

L'Hôtel de Ville, Fourvière, les églises, les ponts, les quais, de nombreux édifices et  lieux publics sont transcendés par leur mise en lumière, ce qui permet une lecture de la ville tout à fait originale et féérique.

Les rues sont investies par les lyonnais et les visiteurs venus pour la circonstance.  L'ambiance de fête crée une atmosphère chaleureuse inoubliable.

Cette fête du 8 décembre, vieille de plus de 150 ans demeure une histoire religieuse de tradition.  C'est également une fête populaire. Les Lyonnais descendent dans la rue. Aujourd'hui, elle est aussi devenue la fête des lumières faisant rayonner Lyon dans le monde entier.  Sous toutes ses formes, cette manifestation reste chère au coeur des Lyonnais.

 

Notoriété de Lyon

La Ville de Lyon assure la présidence, depuis sa création en 2001,  du réseau international des villes de lumières, Luci (Lighting Urban Community International)

http://www.luciassociation.org.

Elle organise chaque année Lumiville, le salon référence. Cette année, son expertise en la matière lui fait franchir un nouveau cap : à la demande des professionnels, elle va initier, dès septembre 2007, une formation d'Electricien lumière des espaces extérieurs. (Renseignements Lycée Branly : 04.72.16.70.00, ou Greta : 04.78.78.84.84).

Et puisque nous parlons lumière et couleurs, n'oublions pas les frères Auguste et Louis Lumière qui ont inventé le cinématographe en 1896 à Lyon.

Auguste invente également l'autochrome, premier procédé de développement des photos couleurs.

Nous citerons enfin un autre lyonnais, André-Marie AMPERE, qui invente, entre autres, les termes de courant et de tension électrique et de nombreux dispositifs expérimentaux tels que le télégraphe électrique. Il a laissé son nom à l'unité de courant électrique, l'ampère.

Pour terminer, il serait injuste de ne pas évoquer la lumière particulière des quais de Saône qui a inspiré tant de poètes, écrivains et peintres.

Le soir, lorsque le soleil décline, le spectacle est fabuleux.