TROIS EXPOSITIONS UNIVERSELLES

Fin XIXe début XXe siècle, les Expositions Universelles font fureur dans les villes industrialisées. Les Lyonnais l’ignorent bien souvent mais leur ville a abrité trois Expositions Universelles. Habituellement réservées aux capitales, Lyon a fait fi de cette contrainte et a tenté de se mesurer aux plus grandes. Toujours dans un but de présenter les activités industrielles au public, chacune des trois Expositions a été unique. Celle de 1872 a été une première expérience assez catastrophique alors que celle de 1894 même avec l’accident terrible qu’elle a connu, a été un succès attirant une grande foule dans le Parc de la Tête d’Or. L’exposition de 1914, elle, a eu la particularité de se tenir en milieu urbain.

 

L'exposition de 1872

Partant d’une bonne initiative, la première Exposition Universelle lyonnaise n’a pas eu le succès attendu et n’a connu que des déboires. L’objectif de faire de cette Exposition un grand mouvement industriel et commercial lyonnais a été difficile à atteindre, faute d’une organisation à la hauteur. On doit cet échec à de nombreux facteurs : engouement partagé, moyens financiers initiaux insuffisants, nombreux retards dans la mise en place et météo fortement défavorable, tout cela sur fond de guerre franco-prussienne. On retiendra de cette première expérience festive, qui a attiré tout de même quelques curieux au Parc de la Tête d’Or, qu’elle se termina en faillite en 1873.
> Dossier sur l'exposition de 1872

 

L'exposition de 1894

Seulement vingt-deux ans après la première tentative ratée d’Exposition Universelle à Lyon, celle de 1894 fût un franc succès. Elle a la particularité d’avoir été organisée juste entre les deux expositions universelles de Paris de 1889 et de 1900. En ayant toujours une vocation d’information des visiteurs sur les nouveauté du monde industriel, elle a été l’occasion de nombreuses réjouissances et divertissements. Au parc de la Tête d’Or, on trouve alors trois expositions : une Exposition Universelle et Internationale, une Exposition Ouvrière et enfin une Exposition Coloniale. Ainsi il était normal d’avoir comme attraction des villages mettant en scène des indigènes des colonies françaises pour régaler le public amateur d’exotisme. De cette Exposition, on retient surtout la date du 24 juin où le Président de la République Sadi Carnot est sauvagement assassiné alors qu’il était en visite officielle à Lyon.
> Dossier sur l'exposition de 1894

 

L'exposition de 1914

Sous l’égide de la ville de Lyon, l’Exposition internationale inaugurée le 1er mai 1914 s’est tenue en milieu urbain. En effet, l’administration lyonnaise voulait, par le biais de cet évènement faire connaitre ses progrès d’ordre d’hygiène, de travaux publics ou d’institutions sociales. L’Exposition s’est donc installée sur 75 hectares, à l’extrémité de la Presqu’Ile dans le quartier de la Mouche. Plus de 17.000 m² ont été consacrés aux pavillons de Nations étrangères. La seule trace rappelant le passage de cet évènement éphémère est le grand Hall Tony Garnier. Quatre grandes figures ont été à la tête de ce projet en lien avec la volonté de faire de Lyon une cité moderne et originale : le sénateur-maire de Lyon Édouard Herriot, l’architecte urbaniste Tony Garnier, le médecin et hygiéniste Jules Courmont et le vice-Président de la Chambre de commerce de Lyon, Louis Pradel.
> Dossier sur l'exposition de 1914