Architecture et quartiers
English :   

On trouve dans la partie du Vieux-Lyon des exemples de tous les styles architecturaux apparus de l’époque carolingienne à la fin du XVIIIe siècle. Tout en gardant des traces des époques précédentes, le bâti remarquable de la Presqu'Ile sera plutôt des XVIIIe, XIXe et XXe siècles.

 

Liste des styles architecturaux

  • Gallo-Romain, Roman, Gothique, Flamboyant
  • Renaissance, Classique, XVIIe, Baroque
  • XVIIIe, Néo-Classique, XIXe siècle du fer
  • Empire, Restauration, Second Empire
  • Troisième République, XXe siècle
  • Art Nouveau, Arts Décoratifs, Moderne (1945-1980)
  • Postmodernisme (à partir de 1980), XXIe siècle, contemporain

 

Nomenclature

Le style roman : ses caractéristiques sont aisément reconnaissables : on croirait que les bâtiments (surtout des bâtiments religieux, mais pas uniquement) ont bourgeonné autour d’un noyau primitif. Murs épais, ouvertures rares, baies étroites couvertes d’arcs en plein-cintre, voûtes en berceau, croisées de nervures (et non pas d’ogives), vocabulaire décoratif particulier à base de représentation d’animaux fantastiques : on trouve ce style à la Manécanterie, au portail nord de l’église Saint-Paul, dans le chœur de la Primatiale Saint-Jean (observer les pilastres et leurs chapiteaux).

Le style gothique : c’est par excellence l’art des églises. Plus celle-ci est ancienne, plus son style est dépouillé. Le gothique le plus classique remonte au XIIIe siècle : le transept et la nef de la Primatiale Saint-Jean, (XIIIe et XIVe siècle) en sont représentatifs.

Le style gothique des maisons d’habitation : dans de nombreux immeubles d’habitation de la fin du XVe siècle, la combinaison de l’approche de la Renaissance et de l’enrichissement de la population du quartier ont généralisé un style facilement identifiable et parce qu’inspiré (avec un décalage de, parfois, deux siècles) du style gothique des églises. On trouve des exemples de ce style très peu variable dans le temps aux 28 et 36 rue Saint-Jean, 8 rue Juiverie, 18 rue Lainerie, 2 montée du Gourguillon, etc.
Quelquefois, dans les maisons riches, on trouve en plus des culots sculptés (2 montée du Gourguillon, 20 rue Juiverie, 18 rue Lainerie, etc), sans que cela signifie une ancienneté plus grande. En revanche, d’une manière très grossière, on peut considérer que le style gothique « creux » est un indice du XVe siècle ; l’apparition de listels (sortes de « boudins » entrecroisés est un indice du début du XVIe siècle : Les deux styles s’observent concomitamment dans l’immeuble 3/5 montée du Change.

Le style de la Première Renaissance, dite aussi Renaissance gothique, est répandu dans les quartiers de la rive droite de la Saône (Chapelle des Bourbons à la Primatiale, Maison du Chamarier au 37 rue Saint-Jean). Contrairement à ce qui se passait à l’époque précédente, ce style est en évolution lente mais sensible à partir de la fin du XVe siècle. C’est encore le Gothique classique, mais dans lequel se sont introduits des éléments singuliers : motifs floraux à la Chapelle des Bourbons, éléments de décor inhabituels à la Maison du Chamarier, ...
Quelques escaliers remarquables : 10bis rue Lainerie, 9 et 11 rue Saint-Jean, noyau torsadé, rampe taillée dans le mur.

 

Le style de la seconde Renaissance est encore marqué par des innovations désordonnées mais qui annonce le Classicisme. Galerie de Philibert Delorme, 8 rue Juiverie ; façade nord de l’immeuble Henry IV, 4 rue Juiverie ; parties hautes du Musée Gadagne ; Maison des Avocats, à l’angle de la rue Saint-Jean et de la rue de la Bombarde ; escalier du 6 rue des Trois Maries ; Tour-rose, 16 rue du Boeuf.

Le style de l’âge classique : c’est l’apaisement. L’innovation se poursuit, mais chacun semble poursuivre une sorte d’idéal commun qui se dégage peu à peu. L’exemple le plus basique en est donné par le 2 rue Saint-Georges et le 31 rue du Boeuf. On réalise encore des exploits techniques : les escaliers de la Mairie annexe du Ve arrondissement et du 17 montée St Barthélémy.

Le style post-classique est celui de la seconde moitié du XVIIIe siècle, particulièrement bien représentée par Soufflot et ses successeurs : Loge du Change, Nouvelle Manécanterie. Les innovations formelles s’appauvrissent peu à peu. Le néoclassicisme triomphe. C’est aussi l’époque du style Louis XV : les coquilles asymétriques ornent les impostes (nombreux exemples vers la place du Change)

 

Les quartiers

La colline de Fourvière (quartiers de Saint-Irénée, Saint-Just et Fourvière) concentre de nombreux éléments de la civilisation romaine : le jardin archéologique avec le grand théâtre et l'Odéon, le musée gallo-romain, l'aqueduc du Gier, les thermes de la rue des Farges, les mausolées de Trion, ... On peut imaginer la splendeur de la ville à l'époque de Lugdunum, mais aujourd'hui les parements des monuments ont souvent disparu et les vestiges ont malheureusement servi ... de carrières. Les bâtiments étaient souvent constitués de mortier et de béton romains, permettant de construire plus rapidement. L'ornementation et le parement en pierres taillées étaient plaqués.

Le Vieux-Lyon (quartiers de Saint-Paul, Saint-Jean et Saint-Georges) sur la rive droite de la Saône, fut le centre de Lyon au Moyen-Âge et à la Renaissance. Classé secteur sauvegardé (le premier en France) par Malraux en 1964, il attire un grand nombre de visiteurs. Eléments caractéristiques de cette époque : maisons de quatre à cinq étages, escaliers à vis, tours, cours avec galeries, puits, façades avec fenêtres à meneaux au sein des places et rues : place Saint-Jean, rue Saint-Jean, rue des Trois Maries, rue du Bœuf, place du Change, rue Lainerie, rue Juiverie, ...

La Presqu’Ile (quartiers d’Ainay, Bellecour/Jacobins, et Terreaux/Cordeliers) s’est embellie aux XVIIe et XVIIIe siècles : Hôtel-Dieu, places, fontaines, nouvelles églises. A partir de 1853, sous l’impulsion du préfet Claude-Marius Vaïsse (1799-1864), avec l’architecte René Dardel, de grands travaux transforment la partie centrale de Lyon : rue Victor Hugo, rue de l’Impératrice (rue Édouard Herriot), rue Impériale (rue de la République), place Impériale (place de la République), place des Cordeliers, gare de Lyon Perrache, le Palais du Commerce, ainsi que l’Hôpital de la Croix-Rousse et le Parc de la Tête d’Or.


  English : 

Architecture and districts

In the Old Lyon part of the town, you will find examples of all the architectural styles that appeared from the Carolingian period to the end of the 18th century. While keeping traces of previous eras, the remarkable buildings of the Presqu'Ile are more likely to be from the 18th, 19th and 20th centuries.

List of architectural styles

  • Gallo-Roman, Romanesque, Gothic, Flamboyant
  • Renaissance, Classical, 17th century, Baroque
  • 18th, Neo-Classical, 19th Iron Age
  • Empire, Bourbon Restoration, Second Empire
  • Third Republic, 20th century
  • Art Nouveau, Decorative Arts, Moderne (1945-1980)
  • Postmodernism (from 1980), 21st century, contemporary

Nomenclature

The Romanesque style: its characteristics are easily recognisable: it looks as if the buildings (mostly religious buildings, but not only) have sprouted around a primitive nucleus. Thick walls, rare openings, narrow bays covered with semicircular arches, barrel vaults, crossed ribs (not ribs), a particular decorative vocabulary based on representations of fantastic animals: this style is found in the Manecantry, at the north portal of the Church of St. Paul, in the choir of the Primatial of St. John (observe the pilasters and their capitals).

The Gothic style: this is the art of churches par excellence. The older it is, the more stripped down its style is. The most classical Gothic dates back to the 13th century: the transept and nave of the Primatial of St. John (13th and 14th centuries) are representative of this.

The Gothic style of residential houses: in many residential buildings from the end of the 15th century, the combination of the approach of the Renaissance and the enrichment of the population of the district have generalised a style that is easily identifiable and because it is inspired (with a time lag of, sometimes, two centuries) by the Gothic style of churches. Examples of this style, which varied very little over time, can be found at 28 and 36 rue Saint-Jean, 8 rue Juiverie, 18 rue Lainerie, 2 montée du Gourguillon, etc.
Sometimes, in wealthy houses, one can also find carved bases (2 montée du Gourguillon, 20 rue Juiverie, 18 rue Lainerie, etc.), without this signifying a greater age. On the other hand, in a very crude way, we can consider that the "hollow" Gothic style is an indication of the 15th century; the appearance of listels (sort of intertwined "boudins") is an indication of the beginning of the 16th century: Both styles can be observed simultaneously in the building 3/5 montée du Change.

The First Renaissance style, also known as Gothic Renaissance, is widespread in the districts on the right bank of the Saône (Chapelle des Bourbons at the Primatiale, Maison du Chamarier at 37 rue Saint-Jean). Contrary to what was happening in the previous period, this style was slowly but noticeably evolving from the end of the 15th century onwards. It is still classical Gothic, but in which some singular elements were introduced: floral motifs in the Bourbon Chapel, unusual decorative elements in the Maison du Chamarier...
Some remarkable staircases: 10bis rue Lainerie, 9 and 11 rue Saint-Jean, twisted core, ramp carved into the wall.

The Second Renaissance style is still marked by disordered innovations but which heralds Classicism. Galerie de Philibert Delorme, 8 rue Juiverie; north facade of the Henry IV building, 4 rue Juiverie; upper parts of the Gadagne Museum; Maison des Avocats, at the corner of rue Saint-Jean and rue de la Bombarde; staircase at 6 rue des Trois Maries; Tour-rose, 16 rue du Boeuf.

The Classicism style : it is appeasement. Innovation continues, but everyone seems to be pursuing a kind of common ideal that gradually emerges. The most basic example of this is given by 2 rue Saint-Georges and 31 rue du Boeuf. Technical feats are still being achieved: the staircases of the Town Hall annexed to the 5th arrondissement and the 17 Montée St Barthélémy.

The Post-classicism style is that of the second half of the 18th century, particularly well represented by Soufflot and his successors: Loge du Change, Nouvelle Manécanterie. Formal innovations were gradually impoverished. Neoclassicism triumphs. It was also the period of the Louis XV style: asymmetrical shells adorned the imposts (numerous examples around the Place du Change).

Districts

The Fourvière hill (districts of Saint-Irénée, Saint-Just and Fourvière) concentrates many elements of Roman civilisation: the archaeological garden with the great theatre and the Odéon, the Gallo-Roman museum, the Gier aqueduct, the thermal baths of the rue des Farges, the mausoleums of Trion... One can imagine the splendour of the city in the time of Lugdunum, but today the facings of the monuments have often disappeared and the remains have unfortunately been used as ... quarries. The buildings were often made of Roman mortar and concrete, which made it possible to build faster. The ornamentation and the facing of cut stones were veneered.

The Vieux-Lyon (Old Lyon) district (districts of Saint-Paul, Saint-Jean and Saint-Georges) on the right bank of the Saône, was the centre of Lyon in the Middle Ages and during the Renaissance. Classified as a protected area (the first in France) by Malraux in 1964, it attracts a large number of visitors. Characteristic elements of this period: four to five-storey houses, spiral staircases, towers, courtyards with galleries, wells, façades with mullioned windows in the squares and streets: place Saint-Jean, rue Saint-Jean, rue des Trois Maries, rue du Bœuf, place du Change, rue Lainerie, rue Juiverie ...

The Presqu'Ile (districts of Ainay, Bellecour/Jacobins, and Terreaux/Cordeliers) was embellished in the 17th and 18th centuries: Hôtel-Dieu, squares, fountains, new churches. From 1853, under the impetus of Prefect Claude-Marius Vaïsse (1799-1864), with architect René Dardel, major works transformed the central part of Lyon: rue Victor Hugo, rue de l'Impératrice (rue Édouard Herriot), rue Impériale (rue de la République), place Impériale (place de la République), place des Cordeliers, Gare de Lyon Perrache, the Palais du Commerce, as well as the Hôpital de la Croix-Rousse and the Parc de la Tête d'Or.

(Translated with www.DeepL.com/Translator)