LYON EST

Lors de la demande d'inscription de Lyon au patrimoine mondial, l'Unesco a tenu compte du fait très original que la cité représentait une juxtaposition d'ensembles urbains homogènes de différentes époques sans discontinuité sur 2000 ans. Le centre de la ville s'est développé régulièrement au cours des siècles d'Ouest en Est. Il subsiste donc des éléments significatifs des différentes époques étalés de façon presque linéaire : Fourvière, Vieux-Lyon, Presqu'Ile et Croix-Rousse, correspondant aux époques de l'Antiquité, du Moyen-Âge, de la Renaissance, de l'Epoque Moderne jusqu'au XIXe siècle.

Mais ce développement ne s'est pas arrêté au Rhône : l'évolution a continué sur la rive gauche aux XIXe et XXe siècles apportant encore une fois l'image d'une continuité aussi bien dans le temps que dans l'espace, pour l'habitat comme pour l'industrie. C'est ce que nous voudrions vous faire découvrir dans ce chapitre. Car le patrimoine et les richesses à découvrir à l'Est de Lyon sont moins connus des Lyonnais et des visiteurs.

Tout d'abord, l'urbanisation de la rive gauche du Rhône s'est développée de façon spectaculaire des Brotteaux à la Guillotière à la fin du XIXe siècle et particulièrement entre 1825 et 1853. Puis elle connut aussi une accélération en 1862. Globalement, les rues se sont positionnées en quadrillage rectiligne et de façon orthogonale. La ville étant contrainte en rive droite de la Saône comme en Presqu'Ile, l'évolution s'est effectuée tout naturellement vers l'Est.

En 1852, la commune de La Guillotière se rattache à Lyon dont la partie Est grandit de fait. Ensuite sont par exemple construits le parc de la Tête d'or, les gares des Brotteaux et de la Guillotière. Ce qui dynamise encore le développement des quartiers.

Nous vous proposons de continuer cette description de la "rive "gauche" en la divisant  du Nord au Sud en quatre sous-chapitres correspondant aux arrondissements :

  • Lyon 6e,

  • Lyon 3e,

  • Lyon 7e,

  • Lyon 8e.