Ainay

Ce quartier au sud du secteur Unesco, va de la place Bellecour à la rue des Remparts d’Ainay.

Dans l’Antiquité cette zone marécageuse était appelée île de Canabae. Sous l'empire romain le lieu attire tout d'abord les villas de négociants de vins mais vers 330 Saint Badulphe aurait fondé sur cette île une église, qui jusqu'au IXème siècle subira de nombreux ravages (les Huns, la grande crue de 580 la reconstruction par la reine Brunehaut, les Sarrasins...). Au Moyen-Âge elle prendra le nom d’Ainay, en référence à l'Abbaye qui y est construite et consacrée le 27 janvier 1107 par le pape Pascal II lors de son passage à Lyon.

Au XVI siècle François 1er décide de sécuriser le Sud de la ville.  La construction de fortifications se poursuivra jusque sous Louis XIII. Le rempart édifié partait de la place Gailleton, suivait le tracé de la rue de Fleurieu, continuait par la rue des Remparts d’Ainay jusqu’à la place Ampère et la rue Bourgelat. (Cf plan de Simon Maupin 1659).

Peu à peu cette zone se peuple de couvents, d’hôtels particuliers de beaux jardins, mais aussi de prisons (Saint Joseph) et d’un Arsenal. Ce quartier d’Ainay devient le lieu de résidence de la bourgeoisie traditionnelle.  En 1777 l’architecte Perrache détruit le rempart, afin de relier la presqu’île au nouveau quartier qu’il construit.  C’est à la fin du XVIIIème et pendant le XIXème que le quartier prend progressivement sa forme actuelle confortant son caractère résidentiel.  On y trouve aujourd’hui de beaux immeubles, des hôtels particuliers, des musées, des antiquaires et des décorateurs (rue Auguste Comte), de très jolies places (Carnot, Ampère, Gailleton), la basilique d’Ainay.