Les Pentes

Le nom de "Pentes" indique bien la forte déclivité du quartier. On y trouve d'ailleurs de nombreuses "montées". Les Pentes sont situées sous le boulevard de la Croix-Rousse et au dessus des Terreaux.

Par l'amphithéâtre antique des trois Gaules (19 apr. J-C.) et les restes de voie romaine, le quartier offre de très beaux vestiges gallo-romains.

Aux XVIIème et XVIIIème siècles, on y trouvait beaucoup de jardins et de couvents (Chartreux, Ursulines, Carmélites) dont certains ont été transformés comme la Résidence Villemanzy, ancien couvent des Colinettes. A partir du XVIIIème siècle, le quartier commence à accueillir les ateliers de canuts, ouvriers tisseurs, qui quittent en particulier le quartier Saint-Georges du Vieux-Lyon pour s'installer dans des immeubles modernes et adaptés aux grands métiers Jacquard, et devient "la colline qui travaille". Avec les travaux d'urbanisme du Second Empire, les Pentes deviennent un quartier plus agréable. En haut des Pentes, les remparts de 1512 sont démolis pour laisser place au boulevard de la Croix-Rousse. Beaucoup de voies des Pentes sont piétonnes car en escaliers ou étroites, ce qui fait leur charme.

Au déclin du tissage dans les années 1960, le quartier se paupérise et devient insalubre. Mais à son renouveau à partir des années 1980, la réhabilitation et les grands volumes des appartements attirent une population plus aisée, plutôt jeune et tournée vers des activités culturelles.


A ne pas manquer :

  • Le boulevard de la Croix-Rousse et le Gros Caillou
  • L'église Saint-Bernard
  • La cour des Voraces
  • La montée et le jardin de la Grande Côte
  • L'église Saint-Bruno des Chartreux
  • L’amphithéâtre des Trois Gaules
  • L'église Saint-Polycarpe
  • Le passage Thiaffait
  • La Condition des Soies
  • La salle Rameau