COLLINE DE LA CROIX-ROUSSE

La Croix-Rousse prolonge au Nord la Presqu'Ile entre Saône et Rhône et correspond, en deux quartiers distincts, aux pentes et au plateau de la colline. Selon la littérature, elle doit son nom à une croix érigée en 1560 en pierre jaune-violacée de Couzon qualifiée à l'époque de 'pierre rousse'.

C'est aujourd'hui un ensemble de deux quartiers vivants : esprit village pour le plateau, animation et ambiance festive pour les pentes.

Initialement commune indépendante sur le plateau à l’extérieur des fortifications lyonnaises du XVIème siècle, la Croix-Rousse était à l’origine rurale et viticole, et n’a été rattachée à Lyon qu’en 1852. A partir du XVIIIème siècle et durant tout le XIXème, les pentes de la colline se sont peuplées d’un réseau dense de maisons hautes et de rues aux dénivelés abrupts.

La Croix-Rousse était le quartier des ouvriers en soierie, les canuts, dont les révoltes (1831, 1834, 1848, 1849) comme l’activité ont laissé leur trace dans l’habitat : immeubles hauts et percés de nombreuses fenêtres, où l’on trouvait les métiers Jacquard . On distingue deux grandes parties : les Pentes (des Terreaux aux boulevard de la Croix-Rousse) et le Plateau (au-delà du boulevard qui correspond aux anciennes fortifications).