Eglise Saint-Polycarpe

L'église Saint-Polycarpe est située dans le premier arrondissement de la ville de Lyon, 25 rue René Leynaud, sur les pentes de la Croix-Rousse. Elle est située entre les passages Mermet et Thiaffait. Elle est dédiée au culte catholique


Histoire

Polycarpe est né de parents chrétiens vers 69 et mort brûlé vif vers 155 à l'âge de 86 ans (environ). Il est un disciple direct de l'apôtre Jean et premier évêque de Smyrne, aujourd'hui Izmir en Turquie. Son disciple Irénée de Lyon a fait de longues citations de ses paroles et c'est grâce à lui que la vie de Polycarpe est principalement connue. Une rue voisine rappelle son souvenir.

L'église Saint-Polycarpe est l'ancienne église des Oratoriens qui s'étaient établis provisoirement à la Manécanterie du Cloître Saint-Jean, à Lyon en 1616. En 1617, le père Bourgoing, supérieur de la maison de Lyon, acheta aux sieurs Cappony la seigneurie appelée maison Verte, comprenant deux maisons, des terres, des vignes, jardins et prés, et des bois, et les prêtres de l'Oratoire en prirent possession la même année. Sur ces terres, une chapelle dédiée aux grandeurs de Jésus y fut bâtie.

Puis en 1642, les prêtres achetèrent la maison Lespinasse et quelques autres maisons avoisinantes, et ils y bâtirent leur église. Cette église prit le nom de l'église des Oratoriens et fut achevée en 1670 à l'exception de la façade qui ne sera construite qu'en 1756 par l'architecte Toussaint Loyer. Ils y restèrent jusqu'à la révolution. Puis, le 19 juin 1791, l'église des Oratoriens devint l'église paroissiale Saint-Polycarpe.

Jean-Baptiste François Rozier fut le premier curé de la paroisse : né à Lyon en 1734, il était botaniste et agronome. Il devint à la Révolution le premier curé constitutionnel, ayant prêté serment à la Constitution civile. En 1793, la Convention fait tirer le canon des Brotteaux sur la Croix-Rousse, une bombe tomba sur la maison de l'Oratoire qu'il habitait et il fût tué. Plusieurs cicatrices des tirs de canon subsistent aujourd'hui sur la façade de l’église.

De 1826 à 1836, l'église est agrandie. L'architecte François-Jacques Farfouillon édifiera le transept, la coupole et le chœur. L’église est classée monument historique depuis 1982.

Le cœur de Pauline-Marie Jaricot, fondatrice de l’œuvre de la Propagation de la foi, repose dans une chapelle de l’église, son corps ayant été tout d’abord transporté au cimetière de Loyasse, puis rapatrié à Saint-Nizier où elle a souvent prié.

Architecture

La façade de Loyer est monumentale avec son perron et son portail encadrés de quatre hauts pilastres accouplés avec des chapiteaux d'ordre corinthien et surmontée d'un fronton triangulaire datant du XVIIIe siècle. Les portes sont de style Louis XV. Au dessus du portail, on peut apercevoir un ensemble représentant l'Enfant-Jésus au milieu des anges. Une œuvre de Chabry, fils, qui par malheur, a été mutilée par des éclats d'obus pendant le siège de Lyon.

La grande nef est composée de sept travées. Six tribunes à balustrades surmontent de chaque côté six arcades. Ces tribunes sont placées au dessus d'une galerie qui fait le tour de l'église. La  grande nef mesure environ dix mètres de large entre les pilastres pour une longueur de 32,50 mètres. La hauteur du dôme avoisine les trente mètres. La chaire de l'église fut dessinée par Pierre Bossan, les sculptures réalisées par Charles Dufraine et est installée en octobre 1864.

L'orgue fabriqué et installé en 1840 par Augustin Zeiger,a été inauguré le 12 mars 1841. Le buffet d'orgue est conçu d'après un dessin de Bossan. Il s'étale sur une hauteur de 12 mètres pour une largeur de 8,50 mètres.

Il faut noter que l'église Saint-Polycarpe fut l'une des premières paroisses lyonnaises à se doter d'un grand orgue. Par la suite, Zeiger restera organiste titulaire de Saint-Polycarpe jusqu'à sa mort en  1868. Zeiger a réalisé, ici, un orgue monumental , avec en particulier un bourdon de 32 pieds au grand orgue et la célèbre "voix humaine", qui a été brevetée. Listz, de passage à Lyon en juillet 1844, avait félicité Zeiger pour son chef d'œuvre. Cet orgue est classé monument historique depuis 1980.

L’église est ouverte chaque mardi et chaque vendredi de 15h30 à 18h.

 

 


J.-B. Martin : Histoire des églises et chapelles de Lyon – Editions H. Lardanchet, Lyon - 1909
Dominique Bertin : Guide de Lyon et ses églises – Editions Lyonnaises d’Art et d’Histoire – 2010