Institut Franco-Chinois de Lyon - IFCL

Le Fort Saint-Irénée abrita autrefois l’Institut Franco-Chinois de Lyon, IFCL, de 1921 à 1946, unique université chinoise hors de Chine ayant jamais existé. Les statuts de l’Institut précisaient que seuls les étudiants recrutés en Chine sur concours pouvaient y être admis. C'est pour cette raison que les autorités françaises, sous la pression du gouvernement chinois refusèrent l’accès à ceux qui se trouvaient déjà en France, en particulier les étudiants-ouvriers du mouvement travail-études présents dans des écoles et usines françaises : cela donna lieu à différentes manifestations dont la 'marche sur Lyon' en 1921.

 

Historique

L’industrie de la soierie, qui fit la gloire de Lyon dès le XVIème siècle, est particulièrement florissante à Lyon au XIXème siècle. Ville d’échanges et carrefour de grandes voies terrestres et fluviales, Lyon entretient des liens tissés avec la Chine depuis le XVIème siècle.

Le développement des relations commerciales et culturelles au XIXème siècle ainsi que la mission lyonnaise conduite par Ulysse Pila en Chine du sud de 1895 à 1897, révèlent très vite la nécessité de comprendre la langue et la culture chinoise. En partenariat avec la Chambre de Commerce, l’Université de Lyon commença donc de dispenser un enseignement de la langue chinoise. La première chaire universitaire de professeur de langue et civilisation chinoise fut créée en 1913.

C’est en 1919 que fut accueillie la première mission chinoise, conduite par Li Shizeng, fondateur du mouvement travail-études(*) et qui consacra sa vie à l’œuvre éducative. Les autorités politiques et universitaires lyonnaises étaient favorables au développement des relations franco-chinoises. Les interlocuteurs de la mission chinoise surent mettre en valeur les avantages de la Ville de Lyon et des Universités Lyonnaises qui bénéficiaient d’une qualité d’enseignement supérieur indéniable dans toutes les disciplines. C’est ainsi que Lyon fut choisie comme ville d’accueil.

Le Fort Saint-Irénée abrita « l’Institut Franco-Chinois » dit IFCL de 1921 à 1946. On peut encore aujourd’hui voir l’inscription en idéogrammes gravée dans la pierre du fronton qui surplombe la grande porte métallique de l’entrée. Pendant vingt-cinq ans, de 1921 à 1946, l’Institut a bien rempli sa mission. Près de 500 étudiants chinois fréquentèrent cet Institut. Cependant, la Chine est en pleine guerre civile et prépare sa révolution et la France sort de la seconde guerre mondiale. La dernière inscription aura donc lieu en 1946. En 1950, il n’y a plus de subsides et le Fort Saint-Irénée n’héberge plus d’étudiants. La République Populaire de Chine se ferme, et ceci va durer plus de trente ans.


Les liens avec la Chine ne furent cependant jamais complètement rompus. C’est en 1965, après la reconnaissance de la République Populaire de Chine, que des négociations commerciales aboutissent et qu’un contrat de vente de véhicules lourds est signé. Paul Berliet se rend en Chine pour la première fois. Dès 1970, Paul Berliet effectue plusieurs missions en Chine et des délégations chinoises sont reçues dans les usines Berliet.

En 1980, l’Institut Franco-Chinois est ré-ouvert dans le but de développer des relations intellectuelles contribuant au rayonnement de la culture française en Chine. En 2008 on comptait plus de 200 enseignants chercheurs ayant pu bénéficier de cette formation de haut niveau. Ces formations ou compléments de formations de jeunes chinois destinés à devenir cadres en Chine s’effectuent dans divers établissements d’enseignement supérieur lyonnais. L'Institut subsiste aujourd'hui sous la forme d'une association : plus d'informations sur le site de l'association Institut Franco-Chinois de Lyon (depuis 1980).

Le nouveau "Centre pour la promotion des relations entre la Chine et Lyon" depuis 2014

Un projet ambitieux de musée et de centre consacré à la promotion des relations entre Lyon et la Chine a été élaboré par la Ville de Lyon et ses partenaires institutionnels, économiques et culturels au sein du bâtiment principal qui servait de salle des fêtes aux étudiants chinois de l’Institut Franco-Chinois. Ce nouvel espace a été inauguré le 26 mars 2014 par Mr Xi Jinping, président de la République Populaire de Chine, Mr Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et Mr Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon.

A l'extérieur, une statue monumentale en bronze représentant dix des étudiants chinois de l'Institut entre 1921 et 1946 a été offerte par la ville de Canton et inaugurée le 5 novembre 2014.

Plus d'information sur le site du Grand Lyon,
Plus d'information sur le site du "Nouvel Institut Franco-Chinois de Lyon".

 

(*) mouvement travail-études : projet développé par Li Shizeng, qui fit ses études à l’Ecole pratique d’agriculture de Montargis et qui tissa un réseau important dans tous les milieux. Ce projet permettait à ses compatriotes de venir faire leurs études en France tout en travaillant afin de subvenir à leurs besoins. En 1908 Li Shizeng ouvre une usine de traitement du soja à la Garenne Colombes, près de Paris, et met en pratique ce mouvement. Avec Wu Zhihui, autre instigateur de ce mouvement, il ouvre une école à proximité où eux-mêmes enseignent aux ouvriers chinois, le chinois, le français et différentes matières scientifiques.

 

Le Musée de l'Histoire de l'Institut Franco-Chinois


Inauguré le 26 Mars 2014, le Musée de l'Institut Franco-Chinois a désormais ouvert ses portes au grand public. Entièrement rénové, il est installé dans un bâtiment de deux étages. Le premier niveau sera dédié aux entreprises mécènes et membres ainsi qu'aux partenaires universitaires et associatifs. Le rez-de-chaussée s'étend sur 250m² entièrement dédiés à la culture et ouvert au public. La scénographie divise l’espace en deux expositions distinctes :

  • Une exposition permanente sur l’histoire de l’Institut Franco-Chinois depuis sa création en 1921(portraits et témoignages d’étudiants, fac-similés de revues et de périodiques de l’époque…). Sont expliquées les raisons de la venue de jeunes chinois pour leur permettre de se former aux sciences occidentales dans la cadre du mouvement travail-études amenant à la création de l’Institut Franco-Chinois à Lyon, ainsi que l’histoire de l’Institut de 1921 à 1946, puis sa renaissance de 1980 à 2008 avec toujours le même objectif : œuvrer au transfert de la culture et des technologies françaises vers le monde chinois.
  • La première exposition temporaire : photographies prêtées par le Centre Culturel de Chine à Paris. Cette exposition retrace 50 ans de relations diplomatiques entre la France et la Chine. (cinq à six expositions temporaires par an seront consacrées à la promotion des relations entre Lyon et la Chine à travers le prisme de l’art contemporain chinois).

Adresse : Fort Saint-Irénée, 2 rue Soeur Bouvier 69005 Lyon
Horaires d'ouverture : le mardi de 10h à 18h, les autres jours sur réservation.
Contact : +33.472405609 - contactifc(AT)investinlyon.com
Transports en commun : bus 46, 49 et C20E (arrêt "St-Irénée")

 

Le fonds chinois de la Bibliothèque Municipale

En rapport avec l'Institut Franco-Chinois et sa bibliothèque originelle, c’est un fonds à statut patrimonial qui s’est développé dans une bibliothèque publique française au-delà de ce que l’on pouvait raisonnablement espérer et envisager au départ. C’est un des fonds les plus importants d’Europe en bibliothèque municipale.

C’est grâce à Mme Danielle Li, professeur de chinois à l’Université de Lyon 3, de 1973 à 1992, qu’une quantité importante de dossiers, de livres et revues, en provenance de la Bibliothèque de l’Institut Franco-Chinois, a pu être conservée à la Bibliothèque municipale de Lyon et sauvée de la dispersion. Ses activités de sensibilisation furent menées auprès des autorités lyonnaises avec le général Jacques Guillermaz, diplomate et sinologue.

Les collections n’ont cessé de s’accroître à la suite de donations, de dépôts et d'acquisitions. La bibliothèque compte aujourd’hui environ 60.000 documents chinois : fonds chinois de l'IFCL, fonds Danielle LI, ... On citera en plus la bibliothèque jésuite de Chantilly (Collection des Fontaines) comportant plus de 12.000 volumes en chinois ou concernant la Chine, faisant partie des 500.000 documents qui la composent et qui fut déposée à la Bibliothèque municipale de Lyon.

En adéquation avec le noyau constitutif du fonds chinois, la Chine du XXème siècle reste le point fort, en particulier dans les domaines de la culture, de l’histoire et de la littérature. L’offre documentaire porte aussi sur la Chine classique, en particulier sur la littérature et l’histoire religieuse et philosophique :

Plus d'informations sur le site de la Bibliothèque Municipale
Présentation du fonds chinois de la Bibliothèque Municipale de Lyon
En complément, "Trésors" de la Bibliothèque Municipale