Le Mur Cléberg

Le mur dit « Cléberg » est visible rue Cléberg, en face du Musée de la Civilisation gallo-romaine, à hauteur du numéros 5, coté opposé.

Il retient un large remblai qui prolonge vers le sud la colline de Fourvière. Il est constitué de moellons de granit et de schiste, avec alternance de doubles arases de briques. Il fait 50 m de long et 14 m de haut. Sa largeur est de 3,20 m au sommet et de 4,50 m à sa base.

Plusieurs hypothèses, fantaisistes pour certaines, ont été avancées au cours des siècles passés. La structure de ce mur étant semblable à d’autres murs repérés dans le clos Jésus Marie, à l’ouest de la rue Roger Radisson, et à l’ouest de la montée de Fourvière, une hypothèse sérieuse fut émise par Germain de Montauzan (Les fouilles de Fourvière en 1911): ces murs pouvaient limiter trois côtés de l’esplanade du forum.  Malheureusement, les fouilles de 1973 date à laquelle Aimable Audin et Jean Gruyer avaient fait une étude de terrain permettant de mieux connaître sa structure, ont définitivement éliminé cette hypothèse.

Ce mur antique a été classé Monument Historique en 1973.

La datation de ce vestige n’a pu être déterminée. Durant la dernière intervention de 2005 aucun sondage stratigraphique capable d’apporter des précisions chronologiques n’a malheureusement pu être fait. Ce puissant mur soutenait probablement une terrasse où était édifié un monument dont nous ne savons rien encore aujourd’hui.

Les travaux effectués à cette époque pour consolider le mur a permis cependant d’en savoir plus sur les matériaux employés, cités plus haut, et notamment de constater qu’il était bien épaulé de contreforts de 1,10 de large, séparés les uns des autres de 5 m.

 


www.archeologie.lyon.frService Archeologique de la Ville de Lyon
André Pelletier, Livre « Lugdunum », Presses Universitaires de Lyon - Editions d’Art et d’Histoire – Collection Galliae Civitates