COLLINE DE FOURVIERE

Même si des traces d'installations humaines d'époque antérieure (10 000 ans av. J.-C.) ont été trouvées en bord de Saône au Nord, c'est historiquement Fourvière en 43 av. J.-C. qui a vu la naissance de Lyon (Lugdunum). La colline culmine à 300 mètres et sa situation lui permit d'être le point de rencontre des quatre voies romaines en direction de l'Aquitaine, de la Manche, du Rhin et de la Narbonnaise. Lugdunum devint bientôt la capitale des Gaules. L'évolution géographique de la Ville s'est ensuite étendue vers l'Est en traversant la Saône puis le Rhône.

Le haut de la colline est divisé au sein du secteur UNESCO en quatre quartiers : Fourvière, Saint-Just, Saint-Irénée et Montauban/Bourgneuf/Pierre-Scize. Pour intégrer à nos données le périmètre du projet actuel de Grand Site de Fourvière, ont été rajoutés au nord le quartier Loyasse/Fort-de-Vaise, et au sud le Vallon de Choulans. Ces deux éléments ne font donc pas partie du secteur UNESCO mais sont d'un intérêt historique non négligeable.

Les lieux permettent de trouver d'abord des monuments de l'époque romaine avec un parc archéologique et un musée gallo-romain, mais aussi des monuments religieux des XVIe et XVIIIe siècles ainsi que plusieurs églises, un calvaire et une basilique. C'est la raison qui a fait appeler la colline de Fourvière « la colline qui prie ».

A ne pas manquer : la basilique de Fourvière, le parc archéologique (dont le théâtre et l'odéon), le musée gallo-romain, les restes de l'aqueduc du Gier, l'église Saint-Irénée (avec sa crypte et son calvaire), l'église Saint-Just, les mausolées de la place Wernert, les restes des thermes publics romains, le musée de Fourvière, le parc des Hauteurs, le Fort Saint-Irénée et l'Institut Franco-Chinois.