Traboules, cours et passages

Histoire des traboules

Du latin transambulare (circuler à travers), la traboule est un passage couvert réservé aux piétons qui permet de circuler d'une rue à l'autre en passant sous les habitations, à travers des cours et des escaliers. Les premières traboules apparaissent au IVe siècle et étaient construites perpendiculairement à la Saône. On compte plus de 500 traboules à Lyon, dont environ 200 dans le quartier du Vieux-Lyon. Un grand nombre de ces passages obscurs et mystérieux sont fermés ou condamnés. Toutefois, un certain nombre de traboules restent ouvertes au public.

On parle aussi ici des cours car les traboules sont souvent liées à ces dernières et indissociables lors d’un parcours. Le terme de passage est également employé lorsque que la voie est large et très peu couverte.

Depuis le haut Moyen-âge, les habitants du bas de la colline de Fourvière s'approvisionnaient en eau en accédant aux quelques 2000 puits supposés de la ville médiévale. Des passages couverts avaient été aménagés pour accéder à ces puits partagés. Les traboules ont évolué au fil de la construction de l'habitat avec la densification des bâtiments, les caractéristiques géographiques des deux collines de Fourvière et de la Croix-Rousse et la plus ou moins grande profondeur des ilôts.

Au XIXe siècle, le négoce, en particulier du textile, impose des déplacements rapides et abrités entre les lieux de production et les lieux de vente et de livraison. Grâce à leur utilité dans le quotidien des Lyonnais, les traboules sont devenues au fur et mesure des années un trait caractéristique de l'urbanisme lyonnais de la Renaissance  et ce, jusqu'au XIXe siècle. Leur intégration dans l’urbanisme était même prévue dès la construction de l’immeuble.

A l’origine, les traboules étaient également présentes dans les constructions de la Presqu’ile. Mais les grands travaux d'urbanisme réalisés dans ce secteur par préfet Vaïsse au XIXe siècle qui ont restructuré ce secteur ont fait disparaître les ateliers de tissage, une grande partie des immeubles anciens ... et une partie des traboules.

Ces dernières se situent au sein du périmètre Unesco de Lyon, principalement dans le Vieux Lyon et sur les pentes de la Croix-Rousse : près de 215 cours et traboules ont été recensées dans le Vieux-Lyon, 163 sur les Pentes de la Croix-Rousse. Le secteur Presqu’ile, quant-à lui, en dénombre 130, soit au total, 500 éléments sur tout le périmètre UNESCO.

Un certain nombre des traboules ont été fermées au fil du temps, principalement pour des raisons de sécurité. Mais aujourd’hui, certaines sont protégées et régies par des conventions établies entre les propriétaires, les occupants des immeubles, la Ville et Grand Lyon Métropole. Depuis 1990, ce dispositif permet à chacun de les emprunter tout en garantissant une bonne cohabitation entre visiteurs et propriétaires/occupants.

Vous trouverez ci-dessous quelques-unes des plus belles traboules du secteur UNESCO ouvertes normalement au public, toujours indiquées du haut vers le bas, ou vers le fleuve le plus proche, ou à défaut du nord vers le sud.

N'oubliez pas de respecter la tranquillité des habitants en empruntant les traboules. Bonne visite !


 

VIEUX-LYON :

  • 3 rue des Antonins vers 68 rue Saint-Jean
  • 7 rue du Bœuf vers 34 rue Saint-Jean
  • 27 rue du Bœuf vers 54 rue Saint-Jean
  • 31 rue du Bœuf vers 14-10 rue de la Bombarde
  • 2 place du Gouvernement vers 10 quai Romain Rolland
  • 5 rue Juiverie vers 3 place Saint-Paul
  • 5 place Neuve Saint-Jean vers 40 rue Saint-Jean
  • 7 rue Saint-Jean vers 7 quai Romain-Rolland
  • 19 rue Saint-Jean vers 2 rue des Trois Maries
  • 27 rue Saint-Jean vers 6 rue de Trois Maries
  • 1 rue des Trois Maries vers 14 quai Romain Rolland
  • 5 rue des Trois Maries vers 15 quai Romain Rolland
  • 9 rue des Trois Maries vers 17 quai Romain Rolland
  • 2 place du Petit Collège vers 10 rue Saint-Jean

 

CROIX-ROUSSE :

  • 30 rue Burdeau vers 19 rue René-Leynaud (Passage Thiaffait)
  • 22 rue des Capucins vers 5 rue Coustou
  • 6 rue des Capucins vers 1 rue Sainte-Marie-des-Terreaux
  • 9 place Colbert vers 14-14bis montée Saint-Sébastien (cour des Voraces)
  • 4 rue Désirée vers 7 rue Puits-Gaillot
  • 6-8 petite rue des Feuillants vers 19 place Tolozan
  • 118 montée de la Grande-Côte vers 7 rue Terme
  • 20 rue Imbert-Colomès vers 55 rue des Tables-Claudiennes
  • 6 rue René-Leynaud vers 3-5 rue des Capucins
  • 5 rue Royale vers 3 quai Lassagne

 

PRESQU’ILE :

  • 33-35-37 rue Auguste-Comte vers 21-23-25 rue des  Remparts-d'Ainay
  • rue des  Trois Passages vers 5 place  Gailleton
  • 15 rue  Victor-Hugo vers 16 rue  Auguste Comte
  • 37 place Bellecour Presqu'Ile vers 1 rue du Plat
  • 2 rue Charles-Dullin vers 1 rue Gaspard-André
  • 5 rue Confort vers 3 rue David Girin
  • 56 rue Mercière vers 26 quai Saint-Antoine (passage des imprimeurs)
  • 82 rue Président Edouard Herriot vers 45 rue de  Brest
  • 1 rue  Constantine, 2 rue d'Algérie, 3 rue d'Oran vers 1 quai de la Pêcherie

 

 

 

 


Bibliographie :

Corinne POIRIEUX : Lyon et ses traboules, cours et passages - Éditions Lyonnaises - 2009
Marie-Antoinette Nicolas : Le Vieux-Lyon et ses traboules - Éditions Lyonnaises - 1999
Gérald Gambier : Lyon, les 210 plus belles traboules - Éditions IDC - 2015
René Dejean : Traboules de Lyon, histoire secrète d'une ville - Le Progrès - 1992
Site : http://www.lyontraboules.net/parcours.php
Site : http://www.guide-de-lyon.fr/visite-de-lyon/visites-des-traboules-de-lyon.html
Site : https://www.histoire-pour-tous.fr/tourisme/5105-les-traboules-de-lyon.html